Le renouveau du tramway à Marseille (màj 18.09.2008) Imprimer
Note des utilisateurs: / 2
MauvaisTrès bien 
Écrit par Pierre   
Jeudi, 03 Janvier 2008 16:03

Dernières Actualités sur le tramway de Marseille

Réouverture de Noailles

Cliquer sur l'image pour voir le clic

La gare souterraine du tramway de Marseille, appelée gare de Noailles à deux pas de la Canebière, sur la ligne T1, a réouvert fin septembre 2008.

Rappelons que  l'ancien 68 n'a dû sa survie que par le fait qu'il pénétrait le centre de Marseille par un tunnel à double voie aboutissant près de l'ancien hôtel de Noailles. C'est de cette proximité que la gare a tiré son nom. L'hôtel de Noailles, fermé depuis longtemps, est en cours de transformation pour devenir l'hôtel de Police de Marseille.

Ce tunnel est a gabarit réduit et les anciens PCC qui roulaient sur la ligne 68 avait donc été construits en fonction de celui-ci. Les nouveaux tramways de Marseille plus généreux en largeur et ne pouvant se croiser dans le tunnel, ce dernier a été équipé d'une voie unique centrale. Les tramways empruntent donc le tunnel en alternat. De ce fait la ligne T1 du métro de Marseille (Noailles - Les Caillols) aura un débit limité par l'alternat du Tunnel de Noailles, à moins qu'un terminus intermédiaire à E-Pierre. Bref là où il y a la plus de voyageurs c'est précisément là que la ligne aura la faible potentialité de débit.

Les mauvais résultats du tramway à Marseille.

La potentialité de transport d'un tramway dans une grande ville comme Marseille est de 90.000 voyageurs/jour. À titre de comparaison la ligne 1 du tramway de Montpellier dépasse régulière les 110.000 voyageurs/jour. Et pourtant l'agglomération de Montpellier est bien plus petite que celle de Marseille.

Le tramway marseillais transporte péniblement 40.000 voyageurs/jour

Que se passe-t-il donc ?

La ligne T, devenue T2, après la perte de la section Blancarde - Les Caillols, double une ligne de métro performante et loin d'être saturée. Les décideurs de l'époque n'ont pas écouté les clients qui ont immédiatement contesté ce tracé concurrentiel du métro.

De plus, à une fréquence faible des circulation, s'ajoute une lenteur d'escargot, l'Administration ayant limité la vitesse des rames à 25 km/h, à quoi s'e surajoute en station des arrêts d'une durée désespérante.

En résumé, il est plus rapide de descendre la Canebière à pied que d'emprunter le tramway.

La Doite et l'UMP en particulier perdent la présidence de MPM

L'UMP avec Jean-Claude Gaudin s'est maintenue à la mairie de Marseille battant le socialiste Jean-Noël GUÉRINI d'une courte tête (deux conseillers).

En tout logique, avec les 19 autres municipalités en majorité de droite composant MPM (Marseille Provence Méditerranée), Monsieur Renaud MUSELIER aurait pu prétendre être le président de MPM. Il n'en fut rien. Ce fut, contre toute attente, Monsieur Eugène CASELLI, ami de Jean-Noël GUÉRINI qui y fut élu dès le premier tour.

L'affaire du tramway n'y est peut-être pas étrangère, ainsi que les griefs portés par les 19 autres communes qui reprocheny à l'ancien président de MPM d'être plus Marseillais que métropolitain.

 

 


 

Le tramway de Marseille enfin dans le giron de la RTM

 

Épisodes du feuilleton

24 mars 2005 La Communauté urbaine de Marseille (MPM) décide que le nouveau tramway sera exploité en DSP (délégation de service Public) de 8 ans. Un consortium composé de la RTM (Régie des transports Marseillais) et Véolia répond seul à l'appel d'offre. Véolia assumera 49 % des dépenses et mettra trois cadres à la disposition du groupement. Le reste des traminots seront des agents de la RTM.

Du 4 octobre au 26 novembre 2005, les agents de la RTM, estimant être l'objet d'un début de privatisation, privent les marseillais de transports urbains.

13 juillet 2006 ayant qu'un seul candidat à la DSP, MPM octroie donc la DSP au groupement RTM et Véolia Transport.

6 juillet 2007, suite au recours déposés par des élus communistes et le comité d'entreprise de la RTM, le Tribunal Administratif de Marseille annule la délibération du 24 mars 2005 pour procédures irrégulières.

27 décembre 2007 le tribunal Administratif annule le choix du délégataire.

18 juillet 2008, la nouveau conseil de la communauté urbaine de Marseille adopte le principe d'une transaction à l'amiable pour aboutir à la résolution de le DSP.

On se souvient que le précédent Conseil de la Communauté de MPM (Marseille Provence Méditerranée) avait confié l'exploitation du nouveau tramway de Marseille en DSP (Délégation de Service Publique) à Véolia, le tramway étant une chose très difficile à gérer pour la RTM (Régie des transport de Marseille). Malgré plus d'un siècle d'expertise "traminote", la RTM avait été jugée pas apte à exploiter un tramway moderne.

Maintenant c'est chose faite, le tramway de Marseille est revenu dans le giron de la RTM. Il n'y plus qu'un seul exploitant pour les transports en commun de Marseille.

Ainsi la RTM récupère l'intégralité du réseau bus, métro et tramway.

Monsieur Karim Zéribi, Président de la TRM depuis le 1 juillet 2008, rejette la responsabilité de cette erreur juridique, stratégique et économique sur l'ancien exécutif de la communauté urbaine. Et de renchérir en critiquant un choix de tracé mauvais, cause d'une faible fréquentation (40.000 voyageurs/jour) alors que l'on devrai tabler sur 160.000voyageurs/jour, ce que fait quotidiennement le tramway de Montpellier .

Monsieur Karim Zéribi veut développer les TCSP (transports en commun sur site propre) pour ses bus et autres BHNS (bus à haut niveau de service), mettre des minibus électriques dans l'hypercentre, mieux desservir les quartiers et surtout abaisser le coût du transport de 1,70 euros à 1,50 euros.

 

Janvier 2008

En janvier 2004, le dernier tramway de Marseille, le 68, rescapé d'un important réseau Urbain et semi urbain puisqu'il allait jusqu'à Aubagne, rentrait pour une dernière fois au Dépôt. Le 68 a dû sa survie au fait qu'il entrait dans Marseille par un souterrain du Boulevard Chave à la gare de Noailles et de ce fait n'entravait pas la circulation de la sacrée sainte bagnole.

 Pour ceux que cela intéresse, le musée ferroviaire de La Barque, près de Fuveau, conserve des reliques du réseau de transport marseillais dont un antique trolleybus. Une rétrospective est également visible sous forme de maquettes dans la station de métro "Noailles". Maintenant un rame PCC de la ligne 68 est arrivée à l'Écomusée de Breil sur Roya, près de Tende. Ce musée est accessible par le train de Nice, Vintimille et Turin. (voir photo)

Pendant trois longues années, Marseille a été privée de tramways, mais pas de travaux pour la réalisation d'un tramway dit moderne dont le design veut rappeler un vaisseau de haute mer. D'abord surprenant, on finit par s'y habituer, il est l'image de Marseille, Marseille qui surprend toujours "l'estranger" qui débarque gare Saint Charles avec ses escaliers monumentaux et sa perspective sur la Bonne Mère.

Le tramway nouveau est arrivé, descendant la Canebière à la vitesse d'un sénateur. Le 30 juin 2007 une première ligne a été ouverte des Caillois, à l'est, à Euroméditerranée, au nord, sur une longueur de 8,8Km, délaissant le Boulevard Chave.

Une seule ligne de tramways à Marseille ce n'est pas possible, aussi depuis octobre 2007, l'ancien itinéraire par le Boulevard Chave a repris du service. Mais en raison des retards pris dans la réfection du Tunnel vers Noailles ce n'est que ébauche de la ligne T1 qui est remis en service De Blancarde à Eugène-Pierre sous forme de navettes.

Pour l'automne 2008, il nous est promis deux lignes de tramways à part entière la T1 allant des Caillois à Noailles, le tunnel sera à voie unique en raison d'un gabarit plus généreux des nouvelles rames comparé à celui des l'ancien PCC de la ligne 68 et la T2 reliant Blancarde à Euroméditerranée. Les correspondances entre les deux lignes et avec les TER vers Toulon se faisant à Blancarde.

Pour début 2009 un court prolongement de la ligne T2 permettra d'atteindre Arenc.

Marseille innove, les lignes de tramways sont désignées par des couleurs : la verte est la T1 et la T2 est la jaune. Pour 2011, il nous est promis une ligne orange qui ira de Blancarde à Quatre Septembre et la jaune joindra Euroméditerranée à Castelane (voir schémas ci-contre).

Depuis novembre la fréquence des rames s'est améliorée, elle est de 4 minutes et demi en heure de pointe et de 6 minutes en dehors sur la ligne jaune, pour la navette du Boulevard Chave il faut attendre entre 8 et 15 minutes. Ces fréquences peu attractives expliquent la faible fréquentation en voyageurs pour des lignes de tramways 37000 voyageurs quotidiens pour la ligne jaune et 3000 pour la ligne verte. À Montpellier, Grenoble, Nantes et Paris, chaque ligne transporte quotidiennement entre 90000 et 110000 voyageurs. Quand les deux lignes seront en service, MPM prévoit 50000 voyageurs/jour ce qui reste faible. Il faut prendre exemple sur Saint Étienne où les rames roulent vite et se suivent à 1 minute. Il faut augmenter la fréquence et les voyageurs suivront.

Les faibles fréquences des rames expliquent la photo suivante : les badauds déambulent sur les voies ne respectant pas l'espace tramway ce qui entraîne la lenteur de la circulations des rames et un déficit de passagers.

Ci-dessous, arrivée de la Rame PCC du réseau de Marseille à l'Écomusée de Breil sur Roya sur remorque routière




Les montpelliérains savent de quoi ils parlent, quand ils parlent de tramway. Leur ligne T1 transporte plus de 110.000 voyageurs/jour. C'est quand même une référence.

 

Le nouveau tramway de Marseille

Je suis venue dans la célèbre cité Phocéenne, célèbre par sa Sardine qui bouchait le port et bientôt peut-être par son tram? J'en connais un, à Montpellier, qui ne cesse de se plaindre, et qui devrait aller voir votre "paquebot sur rail" voguant à 34 km/h de vitesse maximale. J'ai discuté avec un très sympathique traminot (et il faut saluer leur bonne volonté et tous les efforts pour faire fonctionner ce bel outil).

La DDE13 a limité bêtement la vitesse à .... 25 en ville et 30 au delà (au moins temporairement selon ce conducteur). Quelle tristesse de se traîner à 30 sur des alignements droits alors que notre T2, à Montpellier, file à 45, voire 60 en pleine zone urbaine de Montpellier et Castelnau. Et quand j'ai dit que atteignons 70 en périphérie, mon interlocuteur a été effaré. ("....eh au PCC, ils sont paumés, ils découvrent, oh, ici ça se passe à la bonne franquette....").

Les distributeurs de billets ne rendent pas la monnaie, ne prennent pas les CB. Le valideur, très discret en en bout de quai, le mobilier en station est ridicule. Le matériel roulant : pas de poignées suspendues, pas de points d'attaches aussi généreuses que sur les Citadis sur les plates formes, des annonces inaudibles (sauf celles des clients: "oh môsieur, vous pouvez mettre plus de clim??" ).

Je passe sur le gabarit trop étroit, les assises en dur, et une cabine de conduite encombrée par une armoire basse, idem sur les bogies. Seule la suspension est plus douce que sur les Citadis 302.

Et qui a eu l'idée de mettre en bleu le signal de voie libre aux carrefours (point d'exclamation bleu ?)

Et les plaques de gazon qui se décollent déjà, et les voitures sur la voie, et même une collision avec une poubelle de la MPM la semaine dernière ("...ils sont graves ceux des bennes, eh!...").

Tellement irritée que je suis revenue par le métro depuis Euroméditerranée.

Les navettes routières Marseille-Aix

Heureusement qu'il y a la RDT 13 pour relever tout ça : super le car à grande accessibilité Citaro 15m , à l'heure, 25mn pour aller à Aix, et qui se paie le luxe de doubler des automobilistes sur l'autoroute !

Et partout, dans les Bouches-du-Rhône, des cars "...navette par autoroute pour....", "....Aix - Vitrolle, navette chaque 30mn" etc.

De ce coté ci dans l'Hérault, on en est encore à la charrette à bras avec nos Iveco ridicules.

Le pire, c'est de voir chez nous les élus se contorsionner la cervelle sur l'accessibilité en car. Il faudrait nous louer un Citaro pour achever le ridicule comme ce technicien de l'agglo de MPL :" ...chaque commune étant quelque part AOT, la définition de points d'arrêts,et leurs aménagements nécessiteront de l'ingéniérie qu'il faudra planifier....."
et moi, 15 jours après, je paie mes 4,60 Euro pour aller à Aix dans un car aménagé venant d'embarquer un PMR via sa palette (!!!)
J'ai pris des photos pour les prochains illuminés que je serai amené à rencontrer sur ce thème.


Mise à jour le Dimanche, 02 Mai 2010 13:50